Un million d’euros pour médiatiser le handisport et le sport féminin

Paris – Un fonds de soutien d’un million d’euros va être alloué aux fédérations sportives pour les aider à financer la production d’images télévisuelles de sport féminin et de handisport, doit annoncer la ministre des Sports Valérie Fourneyron mercredi.

 

Cette enveloppe sera prélevée sur les fonds du Centre national pour le développement du sport (CNDS), réorientés récemment par la ministre vers les actions en faveur du sport pour tous.

Elle sera réservée aux événements diffusés sur les chaînes gratuites, particulièrement pour les rencontres de basket et handball, fédérations avec lesquelles le ministère a particulièrement travaillé.

Le coût de production d’une rencontre de basket féminin est estimé à environ 20.000 euros.

Le CSA a réalisé une étude en décembre 2012 avérant que le sport féminin représentait seulement 7% des retransmissions sportives à la télévision, dont 90% sur des chaînes payantes.

Valérie Fourneyron devait faire cette annonce mercredi dans le cadre d’un colloque organisé par le think tank « Sport et Citoyenneté » sur le thème de la médiatisation du sport féminin.

Par 

 

Pour rappel :

 

Enjeux et mesures

 

L’enjeu principal de la mission sport et handicaps est de contribuer au développement des activités physiques et sportives en direction des personnes en situation de handicap au sein des associations sportives. Pour certaines personnes en situation de handicap, le sport est souvent l’un des premiers vecteurs de rééducation fonctionnelle, pour d’autres il s’agit d’un outil favorisant l’autonomie.

 

Pour tous la pratique sportive est un droit et une source d’épanouissement efficace. Elle rompt l’isolement social qui conduit à la sédentarité et permet de se réapproprier une image corporelle positive.

Développer une politique sportive favorisant l’intégration des personnes handicapées, doit être une priorité majeure de tous les acteurs du sport. La reconnaissance du sportif en situation de handicap, notamment grâce à l’impact positif des jeux paralympiques, participe à l’évolution de la société. C’est l’un des objectifs du ministère des sports qui met en place une stratégie, une organisation administrative et des moyens humains et financiers adaptés.

Plusieurs mesures prises par le ministère traduisent son engagement en faveur du handicap :

  • Un pôle ressources national « sport et handicaps » (PRNSH) implanté au sein du centre de ressources, d’expertise et de performance sportives (CREPS) de la région Centre, établissement public national du Ministère chargé des Sports.
  • Une mission « sport et handicaps » au sein de la direction des sports dont le rôle est de s’assurer de la mise en place des orientations ministérielles.
  • Un réseau de correspondants « sports et handicaps » désignés au sein des services déconcentrés de l’Etat (DRJSCS, DDI, CREPS et écoles nationales). Ce réseau est animé et formé par le PRNSH.
  • 31 conseillers techniques sportifs (CTS), cadres du ministère exerçant leurs missions auprès des fédérations dites « spécifiques » et du Comité Paralympique et Sportif Français (18 auprès de la FF Handisport, 12 auprès de la FF du sport adapté et 1 auprès du CPSF).
  • 60 % des fédérations dites « valides » ont nommé un (e) responsable de la mission « sport et handicaps ».
  • 150 Emplois Sportifs Qualifiés placés auprès des fédérations spécifiques (FF Handisport et FF du sport adapté) financés par l’Etat.
  • L’augmentation continue des moyens financiers alloués au mouvement associatif sportif sur la thématique du sport et handicap

Le ministère mène une politique spécifique et ambitieuse en direction des sportifs (ves) handicapé(e)s de haut niveau avec, entre autre, l’alignement du niveau des primes Paralympiques sur celui des Olympiques depuis les Jeux Paralympiques de Pékin en 2008 et la possibilité d’une reconnaissance du statut de sportif de haut niveau pour tout sportif indépendamment du type de handicap.

 

Dernière mise à jour le 1er juillet 2013

Laisser un commentaire